Le Groupe Grimaud se projette dans l’autoconsommation d’énergie électrique

28/10/2020

Après avoir équipé la toiture de son siège de panneaux photovoltaïques il y a plus de 10 ans, le Groupe Grimaud renforce sa production d’énergie verte avec 3 nouveaux projets de centrales photovoltaïques en autoconsommation.

 ’est sur une surface totale de plus de 13000 m2 répartis sur 3 sites de ses sociétés Grimaud Frères et Hypharm que le groupe projette d’implanter ses nouvelles centrales de production d’électricité verte.
Le taux de couverture (la part d’électricité produite par rapport à l’électricité totale consommée sur les sites) sera de près de 25%. Ce projet de centrales répond à 2 objectifs principaux :
– Diminuer l’empreinte carbone : la réalisation des centrales permettra une économie de 600 Tonnes de CO2 sur 30 ans (durée d’exploitation de la centrale).
– Améliorer la compétitivité des activités : la consommation électrique représente environ 3% des charges des entreprises. Le prix d’acquisition du MWh (mégawatt heure) est passé de 63 € en 2010 à 93 € soit 48 % d’inflation. Toutes les prévisions laissent à penser que cette inflation perdurera pour les 20 prochaines années.
« Notre patrimoine foncier nous permet d’envisager ces projets sans impacter notre activité ni recourir à l’investissement de terrain » précise Laurent Rineau, Directeur Services Généraux du Groupe Grimaud.
Le principe retenu par le groupe est la location-vente. Le contrat de location s’étend sur 12 années, puis l’installation devient propriété de l’entreprise la 13ème année.
« L’économie réalisée sur l’achat d’électricité permet de financer les loyers versés pour les 3 centrales, dont le coût total est de 1,2 millions d’euros. Non seulement l’opération n’impacte pas nos investissements, mais elle présente en plus un total de gain net sur 30 ans de 3,5 millions d’euros ! » ajoute Laurent Rineau.
Le projet passe actuellement par une phase de validation administrative préalable (conformité aux plans d’urbanisme et étude d’impact de faune et flore). Ces procédés, généralement longs, pourraient repousser la mise en production du projet à fin 2022.
« Si cette première opération s’avère un succès, nous pourrons envisager d’autres centrales. Nous espérons également que dans un futur proche, les nouvelles technologies de stockage d’énergie nous permettront d’augmenter drastiquement notre part d’autoconsommation et pourquoi pas nous permettre de tendre vers une indépendance énergétique totale ! » conclut Laurent Rineau.

Pin It on Pinterest

Share This